Comment tenir le rythme de la prépa ?

Guid'Formation | 24.05.2011 à 05h17 Mis à jour le 04.12.2014 à 03h52

• Gérez la quantité de travail.
Les classes prépara­toires impliquent deux ans de travail acharné, à la fois en cours et à la maison. Les heures de cours sont nombreuses, le travail personnel est consé­quent. La prépa est aussi un moyen de tester votre motivation et votre ténacité. Vous devez vous mon­trer capable de tenir bon sur la longueur et, en bout de course, d’affronter les concours. Apprenez à pla­nifier votre travail. ? Plus que jamais, vous devez travailler toutes les ma­tières régulièrement.

• Adoptez une bonne hygiène de vie.
Parce que la prépa suppose de l’endurance, vous devez être at­tentif à votre hygiène de vie : faites régulièrement du sport (les cours d’EPS sont généralement facultatifs mais recommandés), apprenez à gérer votre som­meil, et aménagez-vous des temps de loisirs. ? Nombreux sont les candidats qui arrivent trop fati­gués aux concours et qui ne tiennent pas le choc, physiquement et nerveusement.

• Travaillez en équipe.
Il ne s’agit pas de se disper­ser mais travailler à deux permet de tenir le rythme, et de s’entraîner à reformuler les informations. ? Ne vous coupez pas de vos camarades : ne les considérez pas comme des concurrents mais comme des alliés !

• Ne vous découragez pas trop vite.
La prépa est une montée en régime. Il peut vous falloir un temps d’adaptation. ? Et en cas d’échec ? Il existe des conventions entre prépa et universités qui vous permettent de faire va­loir des équivalences. Les CPGE sont officiellement intégrées dans le LMD : le chef d’établissement doit délivrer à l’issue de chaque année d’études, une at­testation descriptive du parcours de formation suivi par l’étudiant. Cette attestation sera établie sur la base d’une grille nationale de référence (encore à paraître) et permet l’octroi de 60 crédits européens (ECTS) pour la première année, et de 120 crédits pour le parcours complet.